À Propos de Nous

Historique

Eh oui ! Le Houm Papa Band Visétois a plus de 35 ans.
          Pour rappel, c’est le 18 mars 1972 qu’une poignée de copains, férus de cuivres et de percussions, fondèrent ce groupe à vocation internationale.
          Au départ, une mélodie nouvelle, étonnante et endiablée, faite d’improvisation et d’une once de solfège ; la région est conquise et les engagements pleuvent.
          En 1974, le contact avec les bandas du sud-ouest de la France lors du jumelage de Visé avec la ville d’Aiguillon s’avère « fatal » pour la jeune formation.
          Elle contracta le virus.
          Le tempo s’affina et devint satanique. Les élèves surpassent alors les maîtres. Que d’émotions, que de succès, que de victoires dans les concours.
          REMEMBER : Mont-de-Marsan, Dax, Condom, télévision française avec Jacques Martin, la liste est bien plus longue encore.
          Plébiscités et en surclassement partout ! De 3 partitions au départ, le répertoire est passé à plus de 60, et toutes ces compositions puisent leur inspiration dans les férias basques et espagnoles.
          Aguerri au solfège, le joyeux groupe s’est forgé une réputation peu banale à travers l’Europe. Plus près de nous, le festival de Dalhem serait sans eux un gâteau sans la cerise !
          Mais 35 ans, ça use car il faut savoir que l’ossature est faite des mêmes, les anciens comme on dit. Le groupe mûrit mais, par la force des choses il vieillit aussi.
          Dame, lorsqu’on démarre à 25 ans, on est maintenant soixantenaire ! La crise couve et le Houm Papa Band se cherche. Les chefs de musique défilent et se défilent, tant il est vrai que, si l’appétit vient en mangeant, lorsqu’on a tout connu et tout raflé, on est gavé. Sans parler de la concurrence de plus en plus féroce.
          En Basse-Meuse, ils ont fait des émules. Fait unique, dans ce coin perdu de Belgique, les groupes Bandas se développent à foison et provoquent parfois transferts et transfuges ; la soupe est tellement bonne !
          Ainsi, en décembre 2006, certains, parmi les anciens, souhaitent la dissolution du mouvement. Ils ont connu la gloire et les sommets, ils n’ont plus rien à prouver. Mais c’était compter sans les jeunes, les petits nouveaux. Eux, ils ont une faim de loup et une soif du diable. Ils décident de poursuivre l’aventure. Certains musiciens quittent le groupe mais la relève est bien présente.
          La recette est immortelle et cela repart de plus belle ! Sous la conduite ferme et dynamique de l’actuel président et chef de musique Olivier FABBRO, de nouveaux morceaux entrent dans le répertoire, les acteurs jonglent avec le solfège, les répétitions sont nombreuses et, le plus important, l’ambiance et l’enthousiasme sont intacts. Les engagements ne se font pas attendre, la qualité est plus que jamais présente, la confiance est totale.